L’art et la manière de se rater

Tout l’art et la manière de se rater.

Nouvellement inscrite sur le blog de défi couture des Piqueuses de Jases, j’avais bien fait ma cousette pour le défi Minute Papillon. Ne voulant pas piquer des t-shirts et autres, mon choix s’est porté sur la Midinette… Et là je dois dire : houuu la cla-claque !

En un : le patron de « aime comme Marie » a dû passer par quatre ou cinq re-lectures pour que je le comprenne enfin… J’avoue que ça m’a un peu refroidie par rapport à la réalisation, puisque « presque » toutes ces lectures ont abouti à un « mais c’est quoi ce truc ? » et un « qu’est-ce que j’ai encore eu comme idée à la c*&@? »

Ensuite deux : OUI, il FAUT surfiler un tissu, n’importe quel tissu ! Moi qui trouvais cette étape vraiment très… fastidieuse, j’ai enfin compris qu’en réalité c’est non négociable si on souhaite donner un vrai beau fini au vêtement et avoir une plus grande facilité pour piquer.

Et puis trois : je me suis consciencieusement ratée sur la découpe du modèle. Résultat : les poches nickel, la ceinture est bonne sans être parfaite (rapport au surfilage) mais pour la jupe à proprement parlé, j’ai « oublié » de mettre les 3 cm d’ourlet supplémentaires… Résultat ? ma Midinette est en fait une ultra « Mini » avec un décolleté côté culotte vraiment très décolleté.

Pour finir quatre : il faut y poser une fermeture éclair ! Ce n’est pas que je ne sais pas le faire mais, je n’en avais jamais posé… C’est un exploit qui me laissait perplexe. J’ai acheté un kit de fermeture éclair et ai vaillamment essayé de le poser moi-même pendant plusieurs heures/jours (le mode d’emploi me restant hermétiquement fermé). C’est finalement ma belle-maman qui m’a gentillement montré comment faire (règle N°1 de la couturière : savoir rester humble) et qui plus est m’a montré le pied de biche pour fermetures éclairs qui trônait fièrement dans ma boîte à couture.

Au final, le résultat est « court », sans blague, je vais me faire embarquer pour attentat à la pudeur si je la porte telle quelle (même dans mon dressing). Donc, même si pas complètement ratée, je l’ai démontée, j’ai récupéré la tirette et les parties viables, recoupé deux nouveaux devant et dos et recousu cette jupe (il n’est pas dit qu’elle aurait eu le dernier mot). Qui plus est je suis dingue de la couleur complètement peps que j’ai choisi alors autant en profiter.

Donc ci-dessous les photos avant-après.

Je n'ai pas soigné mes finitions

Je n’ai pas soigné mes finitions

Même les pinces sont ratées

Même les pinces sont ratées

Les 2 versions côtes à côtes

La version finale

La version finale

Des poches doublées

Des poches doublées

Share this article

Soumettre un commentaire